http://ecommunemagazine.com
Étude de marché

Le nouvel anticorps neutralisant SARS-CoV-2 entre en phase médicale

L’hôpital universitaire de Cologne (UKK), l’Université de Marburg (UMR), le Centre allemand de recherche sur les infections (DZIF) et Boehringer Ingelheim ont lancé aujourd’hui le lancement de la recherche scientifique de phase 1 / 2a du BI 767551, un tout nouveau neutralisant contre le SARS-CoV-2 anticorps. En combinant le savoir-faire de UKK, UMR et DZIF en virologie, immunologie et recherche scientifique avec le savoir-faire de Boehringer Ingelheim en matière de croissance et de production d’anticorps cicatrisants, les compagnons ont avancé BI 767551 comme une nouvelle capacité de guérison et de choix préventif / prophylactique pour prévenir le COVID-19 On prévoit que les anticorps neutralisant les virus émergeront comme une ligne de protection essentielle contre le SRAS-CoV-2, en complément des vaccins et des interventions non pharmaceutiques. Ils sont étudiés comme un choix de remède pour les personnes souffrant d’infections modérées ou extrêmes, mais également comme prévention ou prophylaxie chez les êtres humains non enflammés présentant un danger excessif de contamination ou sujets à des résultats extrêmes. Le fait de transformer directement le BI 767551 au poumon via des moyens d’inhalation a la capacité d’offrir une sécurité apparente rapide contre la contamination virale à l’intérieur du tractus respiratoire.Le nouvel anticorps BI 767551 est devenu dérivé d’échantillons de sang de patients atteints de COVID-19 récupérés à UKK, testé pour la neutralisation du SARS-CoV-2 atUMR et avancé en plus en collaboration avec Boehringer Ingelheim. Le regard scientifique sur pourrait être conduit par les moyens du Prof. Florian Klein et du Prof. Gerd Fätkenheuer de UKK et Boehringer Ingelheim délivreront l’anticorps. «Avec BI 767551, nous avons l’intention d’offrir un choix puissant pour arrêter et traiter le COVID-19», explique le professeur Florian Klein, directeur de l’Institut de virologie de l’hôpital universitaire de Cologne et chercheur principal sur le DZIF. «Les anticorps monoclonaux sont un aspect prometteur au sein du combat en opposition aux nouveaux virus, consistant en le SRAS-CoV-2. Si cet anticorps semble être puissant face au COVID-19, cette localisation peut être bénéfique à l’intérieur d’aujourd’hui et en plus dans les épidémies de destin et les pandémies . Je suis heureux que nous puissions contribuer à l’amélioration de ce composé », déclare le professeur Stephan Becker, directeur de l’Institut de virologie de l’Université de Marburg et coordinateur des infections émergentes, DZIF. «Nous sommes ravis de contribuer à l’amélioration du BI 767551 en collaboration avec nos compagnons, avec l’intention de proposer un anticorps neutralisant révolutionnaire contre le SRAS-CoV-2, combinant une direction systémique avec une direction d’administration inhalée» a déclaré Michel Pairet, membre de Le conseil d’administration de Boehringer Ingelheim chargé de l’unité d’innovation de la société.La recherche de phase 1 / 2a (NCT04631705, NCT04631666) examinera la sécurité, la pharmacocinétique et l’activité antivirale de l’anticorps. Dans la phase 1, l’anticorps peut être administré à des individus à la fois avec une perfusion non mariée ou une inhalation non mariée. Si l’anticorps est correctement toléré, une recherche de confirmation de niveau tardif peut être menée.